Âmes sauvages
Le symbolisme dans les pays baltes

Éditions du musée d’Orsay / Éditions de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais / 2018 / 235 × 305 mm / 312 pages / relié.

À l’occasion de la célébration du centenaire de l’indépendance des pays baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie, le musée d’Orsay a présenté une exposition sur le symbolisme balte de la fin du XIXe siècle aux années 1920-1930.

Merveilleux et amertume / Enchantement et désarroi / Expression de l’idée à travers une forme symbolique / Pessimisme / Fascination morbide / Évocation d’une réalité immatérielle / S’inscrire autrement dans le temps / Nostalgie / Cosmos.
Ces mots extraits d’un essai sur le symbolisme m’ont guidée dans ma recherche plastique. Deux ingrédients graphiques ont porté ce vocabulaire:
— la typographie: le Totentanz (Danse macabre de Liszt) est aussi le nom du caractère que j’ai utilisé dans les cartels, les titres et les essais. Elle m’est apparue véritablement en adéquation avec le sujet. Elle est non conventionnelle et provoque la réflexion. Sa version romaine est inspirée par les écritures lapidaires trouvées dans les catacombes et les cimetières de Paris.
— les aplats noirs qui structurent les différentes parties: pour ne pas être dans un noir classique qui apparaitrait comme banal pour parler du symbolisme, j’ai travaillé sur une gamme de noirs colorés. Les nuances sont subtiles. On passe d’un noir chaud à un noir plus froid. On retrouve ces noirs colorés dans la typographie de la chronologie.
Pour la partie catalogue, j’ai travaillé sur une colonne étroite et haute libérant de grands blancs et permettant ainsi aux reproductions des œuvres d’exister avec une grande force.